Archives de Catégorie: Actualité

Une monnaie de collection pour le maître du pop art Andy Warhol

Il y a trente ans, Andy Warhol lançait sa série « Dollar Sign » (1981) à New York. La Monnaie de Paris a décidé de rendre hommage à cet artiste majeur du pop art du XXe siècle, dont on fêtera le 25e anniversaire de sa disparition, le 22 février prochain. En collaboration avec « The Andy Warhol Foundation for the Visual Arts, Inc. », elle a frappé quatre pièces en or et en argent à l’effigie de l’artiste.

La pièce 10 euro argent, avec une face peinte en bleu avec le « Dollar Sign » 1981 sérigraphié en rouge. Cette pièce  a été frappée en 10 000 exemplaires (© LA MONNAIE DE PARIS).

Les pièces présentent le « Dollar Sign » sur sa face avec le millésime 2011 et le copyright de la fondation Warhol. Sur le revers : un autoportrait d’Andy Warhol alors âgé de 36 ans, avec les dates de vie et de mort de l’artiste (1928-1987). La citation d’Andy Wahrol « Making money is art » a été inscrite en arrière plan. Le tout est souligné par sa signature.

Ces coupures de collection, deux rondes (or et argent) et deux rectangulaires (or), présentent une valeur faciale de 10 à 5000 euros. Mais pour les acquérir, il faudra débourser au minimum 85 euros pour la pièce en argent (notre photo) et jusqu’à 70 000 euros pour la pièce rectangulaire d’un kilo en or, frappée en seulement 29 exemplaires. Rien d’étonnant quand on connaît le rapport qu’entretenait l’artiste américain avec l’argent : « Gagner de l’argent est un art, travailler est un art et faire de bonnes affaires est le plus bel art qui soit », expliquait-t-il de son vivant.

Cette collection est à découvrir depuis hier à la boutique de la Monnaie de Paris ou sur le site de La Monnaie de Paris.

Pour plus d’information :
Boutique Monnaie de Paris : 2, rue Guénégaud – 75006 Paris
ou téléphoner au 01 40 46 59 30.

Tagué , , ,

De l’énergie avec Smash 137 à la Galerie Celal

PARIS 1er. 18 HEURES.

Chemise à carreaux et jean : c’est avec simplicité et discrétion que l’artiste suisse, Smash 137, était présent ce soir, à la Galerie Celal, pour le vernissage de son exposition « Grow up ! ».

« Grandis un peu », c’est un clin d’œil à la phrase souvent prononcée par les proches de l’artiste : parents, femmes qu’il a aimées, amis… lorsqu’il partait avec ses bombes de peintures et son sac à dos sur l’épaule, pour peindre. Il est aujourd’hui considéré comme l’un des chefs de file du mouvement graffiti.

C’est en 1990 que Smash 137 fait ses premiers pas dans le graffiti avec ses bombes de peintures. Son nom d’artiste devient sa signature. Sa signature devient des autoportraits. Il a même exposé, en 1997, au musée des Beaux-Arts de Bâle, sa ville natale… avant de conquérir, pendant les années 2000, galeries et musées d’Australie, des États-Unis, du Mexique, de l’Allemagne et de France.

Dès 17 heures, le trottoir de la rue Saint-Honoré était pris d’assaut par une trentaine de personnes. Des fidèles. Et des admirateurs. Ils étaient au rendez-vous bien avant l’heure : l’artiste offrait aux 50 premiers arrivés, l’une de ses sérigraphies, numérotée et signée en bas à droite de l’oeuvre. Dans cette galerie aux murs en pierre blanche, une vingtaine de toiles étaient à découvrir. Smash 137 joue avec les pigments, en composant ses toiles avec des couleurs chaudes ou froides. Il s’amuse avec les courbes, apportant une touche musicale… et laisse apparaître ses coups de pinceaux. On y devine à quel moment il a utilisé la peinture aérosol, l’acrylique ou l’encre. Pris dans une sorte de tourbillon, de sphère infernale, les visiteurs se laissent très vite emporter dans son univers. Il travaille la lettre, la calligraphie. Et ses œuvres sont véritablement marquées par le graphisme. Les couleurs utilisées sont vives, éclatantes. Comme des faisceaux de lumière. Une belle énergie se dégage de ses « coups de crayons ».
A découvrir jusqu’au 19 novembre.

Galerie Celal, 45 rue Saint-Honoré. Ouverte du mardi au samedi de 14 à 18 heures.

Merci à Sifat pour cette belle découverte.

Tagué , , , ,

Ai Weiwei, numéro 1 du classement ArtReview

Chaque année en novembre, le magazine britannique ArtReview  publie une liste des personnalités les plus puissantes dans le monde de l’art.  Les participants sont classés selon leur influence sur la production d’art d’un point de vue international, le poids financier et l’activité dans les 12 mois précédents.

Collectionneurs, galeristes, conservateurs… sont aussi concernés, comme le prouve la présence de Glenn Lowry, directeur du Musée d’art moderne de New York (MoMA). C’est à l’artiste dissident chinois Ai Weiwei que revient la première place du classement, devant des artistes comme Cindy Sherman (7e), Takashi Murakami (47e), Anish Kapoor (50e), Damien Hirst (64e) ou encore Jeff Koons (66e).

Ai Weiwei, triptyque, « Lâcher un vase de la dynastie Han » (1995).

Selon l’AFP, pour le rédacteur en chef de la revue, Mark Rappolt, Ai Weiwei « a rappelé au monde de l’art son important rôle politique, comme facteur de protestation, hors du domaine parfois fermé sur lui-même des galeries et des musées […]. Son activisme a rappelé comment l’art peut atteindre une plus large audience et se connecter au monde réel ».

Ai Weiwei est le concepteur du célèbre stade olympique des Jeux olympiques de 2008. Son art est engagé. Sa cible ? L’autorité et la dictature chinoise en particulier. Fin juin, il a été libéré de prison après 81 jours de détention pour « fraude fiscale », mais reste toujours « sous surveillance ».

Toute la liste ici.

Le 13e portrait de Léonard de Vinci identifié

Plus de 100 millions d’euros. C’est la valeur estimée de « La belle princesse », identifié comme étant le treizième portrait de la main de Léonard de Vinci. En janvier 2008, la société « Christie’s » (Park avenue, New York) avait mis ce dessin aux enchères et catalogué ce dernier dans les « Vieux dessins de maître – allemand, début du XIXe siècle ». Il était estimé entre 12 000 et 15 000 dollars lors de la vente aux enchères.

C’est Kate Ganz qui « possède à Manhattan une galerie spécialisée dans les maîtres italiens de la Renaissance, mais qui vend aussi des dessins modernes », selon Lemonde.fr, qui va acquérir cette « Jeune fille de profil en costume Renaissance » pour 21 850 dollars. C’est entre les mains de Peter Silverman, un collectionneur, que va atterrir ce vélin (page d’un manuscrit) aux trois craies (33×34 cm), persuadé que l’œuvre pourrait être un Léonard de Vinci. « J’ai d’abord pensé à un Ghirlandaio, a-t-il confié au Monde. Puis je me suis pris à rêver : et si c’était de Vinci ? »  En 2007, il s’adresse au laboratoire parisien « Lumiere Technology ».

Les Français Martin Kemp et Pascal Cotte, après avoir numérisé l’œuvre avec une caméra à très haute définition, découvrent une empreinte palmaire sur le tableau. Elle est similaire à celle trouvée sur le Saint-Jérôme du Vatican.

Vodpod videos no longer available.

Trois trous à gauche, dans la bordure de l’œuvre, laissent penser à un manuscrit. Les recherches de l’historien d’art d’une université américaine David Wright le conduise vers les  « Sforziades » (quatre livres imprimés en 1490) à la demande des Sforza de Milan pour la noblesse milanaise. A Varsovie, l’un des exemplaires conservé présente d’étranges similitudes : espacement des trous de reliure, même vélin. Et une page manque à l’appel ! Toujours selon Le Monde, cet exemplaire aurait été produit à l’occasion du mariage de Bianca, fille illégitime du duc Ludovico Sforza.

Martin Kemp est un spécialiste international de Vinci. Et il en est persuadé :  « Nous pouvons maintenant être certains que le portrait dépeint Bianca Sforza, en l’honneur de la célébration de son mariage en 1496, et que Léonard de Vinci en a été l’artiste : le livre étant daté et l’origine prouvée, il n’y a qu’un seul artiste peintre travaillant à la cour des Sforza qui dessinait de la main gauche : Léonard de Vinci », rapportait Le Monde. D’autant plus que les couleurs originales rappellent les codes héraldiques des Sforza.

Du 9 novembre au 5 février, une exposition sera présentée à la National Gallery de Londres, « Léonard de Vinci : peintre à la cour de Milan ». Mais les organisateurs et une partie de la communauté scientifique ne sont toujours pas convaincu que cette dernière découverte puisse être de Léonard de Vinci, car aucune autre de ses œuvres sur un tel support (vélin) n’est connu à ce jour. Décidément, le temps qui passe ne finira jamais de nous surprendre. Et de révéler l’existence d’œuvres de grands-maîtres, qui n’avaient jusqu’alors jamais été identifiées.

Vol de tableaux : les suspects arrêtés

            © AFP – Le 20 mai 2010, le Musée d’art moderne de la ville de Paris
fermait provisoirement ses portes, pour laisser travailler les enquêteurs.

Trois personnes ont été écrouées le 16 septembre dernier dans l’enquête sur le vol de cinq tableaux de grands maîtres dans la nuit du 19 au 20 mai 2010  au Musée d’art moderne de la ville de Paris (16e). L’un d’entre-eux est soupçonné d’avoir participé au vol, les deux autres d’être les receleurs. Les œuvres, elles, n’ont toujours pas été retrouvées. L’information a été révélée hier soir par la mairie de Paris. La valeur globale de ces tableaux dérobés (Picasso, Léger, Matisse, Braque et Modigliani) est estimée à 100 millions d’euros. Ils appartenaient tous à la collection permanente du musée.

Les œuvres toujours manquantes sont les suivantes :

« Le pigeon aux petits pois » – Picasso

« La pastorale » – Matisse

« L’olivier près de l’Estaque » – Georges Braque

« La femme à l’éventail » – Modigliani

« Nature morte aux chandeliers » – Fernand Léger

Selon le maire de Paris Bertrand Delanoë, un « dysfonctionnement partiel » du système d’alarme dans une partie du musée avait été constatée depuis le 30 mars. Dans un communiqué de presse en date du 20 mai 2010, il s’était dit « particulièrement attristé et choqué de ce vol qui est une atteinte intolérable au patrimoine culturel universel de Paris ». Et souhaitait que « tous les moyens soient mis en œuvre pour retrouver ces chefs d’œuvre ».

L’enquête avait été confiée à la brigade de répression du banditisme.

Le vol annoncé au grand jour, le signalement et les photos des tableaux pouvaient enfin être diffusés sur toutes les bases de données policières existantes dans le monde, via Interpol. L’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (au sein de la direction centrale de la Police judiciaire) compétent en matière de vol et de recel de vol dans ce domaine, alimente la photothèque Treima (Thesaurus de recherche électronique et d’imagerie en matière artistique), qui recense environ 80 000 images d’oeuvres d’art disparues. Interpol, de son côté, tient une base identique recensant plus de 35000 images des « œuvres d’art les plus recherchées dans le monde ».

Les vols de tableaux de grands maîtres sont de plus en plus courants. Le 9 juin 2009, un carnet de dessins signés Picasso, estimé à plusieurs millions d’euros, avait été volé au musée Picasso à Paris (3e), à l’époque en pleine rénovation et donc vulnérable en termes de sécurité.

Tagué , , , , , , ,

Fin de l’exposition du collectif « Haut en couleur »

PARIS 20e, DIMANCHE 11 SEPTEMBRE, LA FRICHE.

Le collectif « Haut en couleur » et la rue Dénoyez étaient en fête, pour le finissage de son exposition « Habitation en carton ». Musique, rencontre avec les artistes, vente aux enchères des œuvres… la journée était placée sous le signe de la découverte et de la détente. Retour en images.


Tagué , ,